Axes thématiques de recherche

A l’intersection de l’Université et de la société, quatre axes pourront être déterminés afin de fonder et discuter le concept des vulnérabilités : personnes et individus, famille et collectivité, sociétés, environnement.

  • Personnes-Individus

La crise systémique qui traverse notre temps montre l’urgence de (re)penser la vulnérabilité comme élément constitutif de nos existences et de nos sociétés, et jusqu’à la totalité du vivant. La vulnérabilité nous renvoie en effet à une blessure (vulnus) originaire : celle du corps exposé à la maladie et à la mort, celle de la crise, ou de l’échec.

La vulnérabilité désigne-t-elle alors un aspect contingent de l’existence, ou bien dit-elle quelque chose d’essentiel de l’humain ?

Remettant en cause l’idéal moderne d’un sujet tout-puissant et autonome, affranchi des limites et des liens de dépendance, les traditions philosophique et théologique interrogent la vulnérabilité comme trait anthropologique fondamental.

 « La dignité, qui atteste l’universelle valeur de l’humain, ne peut ignorer la douloureuse histoire de l’homme vulnérable ». Jean-Philippe Pierron, Vulnérabilité. Pour une philosophie du soin

  • Famille-Collectif

Le concept de vulnérabilité est complexe et désigne à la fois différents âges de la vie (l’enfance, l’adolescence, la vieillesse) et différentes catégories d’individus (les femmes, les personnes en situation de handicap, les migrants…). Cet axe interroge la dimension juridico-politique de la vulnérabilité : une réflexion sur le statut juridique des sujets ou groupes vulnérables va de pair avec une analyse des mesures politiques et sociales d’accompagnement, attentive aux risques, intrinsèques de la « protection des vulnérabilités ».

Comment définir la catégorie juridique de la personne vulnérable ? Comment se traduit juridiquement la dialectique entre principe d’autodétermination et prise en charge des vulnérabilités ?

 « Lorsque la décision est relative à l’état et à la capacité des personnes, elle bénéficie toujours de la reconnaissance immédiate, alors que ce n’est pas le cas lorsque la décision concerne le domaine patrimonial ». Christine Bidaud, L’état civil en droit international privé, 2005.

  • Sociétés

Dans le domaine socio-économique, « le vulnérable » fut successivement désigné en termes d’indigent, de pauvre, de précaire, d’exclu : les catégories de populations et d’individus qualifiés de vulnérables, ainsi que le type de propositions visant à les accompagner, diffèrent au cours de l’histoire.

Souvent, toutefois, on a adopté une approche des vulnérabilités à la fois emphatique et de surplomb : le vulnérable est toujours l’autre, et un radicalement autre. Nous ne faisons aujourd’hui, au contraire, l’expérience partagée et commune de la vulnérabilité ?

Le fait « d’habiter collectivement l’incertitude » (Laurent Denizeau) remet précisément en question les représentations et imaginaires sociaux basés sur les idées de progrès, contrôle et performance. L’échec de ces paradigmes oblige à repenser nos logiques d’action en considérant la fragilité, entre autres, de nos systèmes économiques et de santé.

« L’exposition à la vulnérabilité est commune à tous les individus, mais non égale ». (Axelle BRODIEZ-DOLINO, Le concept de vulnérabilité)

  • Environnement

Le constat d’une vulnérabilité environnementale et la crise écologique qui frappe la Terre et nos sociétés contemporaines, montrent l’urgence de penser la vulnérabilité à la fois comme un aspect non seulement humain mais caractérisant la totalité du vivant. La vulnérabilité écologique est en outre le résultat de l’action humaine sur l’environnement : l’impact de nos pratiques nous impose de réorienter radicalement notre manière de co-habiter le monde. Les sciences de l’environnement ne trouveraient pas dans la vulnérabilité un paradigme fécond pour penser la crise écologique ?

Une piste est ouverte par la théorie de l’anthropocène, qui contribue à montrer que la vulnérabilité de l’humain se greffe et s’inscrit dans la « vulnérabilité généralisée du monde » (Lussault, 2014).

« Aucun changement dans l’énoncé des priorités écologiques n’est possible, tant que l’on ne touche pas à la racine dont l’homme se pense dans la nature, mais aussi à la manière dont il se pense lui-même » (Corine Pelluchon, Eléments pour une éthique de la vulnérabilité)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search