Habilitation à diriger des thèses, Benoît Eyraud : “Domestiquer l’utopie de la capacité juridique universelle Esquisses pour une sociologie affirmative des droits humains.”

Le mémoire de Benoît Eyraud, visant l’habilitation à diriger des thèses, s’intitule « Domestiquer l’utopie de la capacité juridique universelle. Esquisses pour une sociologie affirmative des droits humains ». Il aborde la reconnaissance sociale de la capacité juridique universelle. L’auteur revient sur la controverse liée à l’interprétation de la reconnaissance de la capacité juridique universelle comme impliquant l’abrogation des systèmes légaux de prise de décision substitutive, comme la tutelle, la curatelle et les soins forcés. Ce mémoire entend alors, analyser cette controverse et interroger la signification et la portée sociale de la reconnaissance de la capacité juridique universelle comme droit humain. Pour ce faire, sont développés trois axes. Le premier axe éclaire l’émergence de la capacité juridique universelle comme problème social produit par des publics. Le deuxième axe porte sur la dimension juridique, procédurale, institutionnelle, de la formation et de la domestication de la capacité juridique universelle. Enfin, le troisième axe entend éclairer le problème substantiel de la place de la reconnaissance des êtres humains en tant qu’individus dans la vie sociale. Finalement l’inscription de la capacité juridique universelle dans une “généalogie affirmative” des droits humains, tend à participer à la structuration d’un domaine de recherche en sciences humaines et sociales reposant sur une pleine reconnaissance des droits humains dans les contextes de vulnérabilités. Cela permet également de développer cet enjeu comme objet d’éclairage sociologique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chiara Pesaresi (10 février 2022). Habilitation à diriger des thèses, Benoît Eyraud : “Domestiquer l’utopie de la capacité juridique universelle Esquisses pour une sociologie affirmative des droits humains.” Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfta


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search