La blessure et la gratuité : intimes, sacrés et profondeur de l’existence humaine, par Marlène Tognifodé


L’homme est en permanence confronté à la blessure dans son existence profond.
Cette expérience empreinte de sa condition mortelle et finie est une expérience limite de son humanité, source de fragilités et de vulnérabilités en lui.
La blessure est comme ce lieu non-dit et non défini de la condition humaine auquel l’homme ne peut échapper. Elle est cette énigme de la condition humaine qui maintient l’homme prisonnier de sa finitude et en même temps qui l’ouvre profondément et amplement à l’infini des ressources intérieures présentes en lui. Ces ressources qui relèvent même du désir profond de l’homme, le vrai, le bien, le beau. La pratique des vertus profondes en l’homme comme la justice, la tempérance, le courage, lieux de conversion et de liaison profonde en l’homme, à ses semblables et à la société.
L’homme est empreint à la blessure et ne peut lui faire table rase.
Il ne peut se dérober à cette expérience intrinsèque à sa condition humaine, et contradictoirement salvifique à son humanité profonde. L’homme est jeté dans sa vie mortelle à la blessure.
Mais porté par la vie qui lui est donné gratuitement, il est appelé à entrer profondément dans cette expérience, à la vivre et à y goûter les fruits qui y sont donnés pour lui-même, pour les autres et pour la communauté où il est planté.
Que vient dire la blessure en l’homme ?
Que reçoit l’homme au contact de la gratuité en lui ?
Que vient dire la blessure en l’homme au contact de la gratuité en lui ?


1. La gratuité, terre sacrée de la blessure : portance de la blessure


L’homme reçoit les biens profonds et essentiels de sa vie par pure gratuité « de la naissance au terme de la vie ».
L’espace de gratuité est l’espace qui porte l’homme dans son espace vital.
Il est l’espace où nous existons, où nous sommes, où nous recevons la vie. Il est l’espace où nous nous formons, où nous nous incarnons, où nous sommes façonnés au plus profond de nous-mêmes.
C’est l’espace qui fait advenir l’homme et sans lequel aucune croissance n’est possible.
La gratuité fait vivre l’homme et le fait naître à lui-même.
Elle est la vie de l’être.
Sans cet espace profond, large et inconditionnel en lui, l’homme n’a pas d’espace pour être, pour vivre.
La gratuité est l’espace vitale où l’homme puise la force et l’énergie nécessaires à sa vie.
« Elle est cette gratuité originelle » où il puise toute sa vie.
Pour cela, elle est ce qu’il a de sacré.
Elle est ce que nous avons de sacré.
La gratuité est notre vie. Elle est notre être même.
Qu’est-ce que vivre pour un homme sinon d’accueillir cette gratuité profondément présente en lui, ancrée en lui ?
Donner droit à cette gratuité, lui faire droit dans sa vie et dans son existence.
La gratuité nous porte et nous élève au-delà de nous-mêmes.
Elle est la porte de notre être où quelque chose peut s’ouvrir, la terre de notre être, la terre sacrée de notre être.
Tout est gratuit en l’homme. Tout vit gratuitement. Tout existe gratuitement.
En dehors de cette gratuité profonde et originelle en lui, l’homme est perdu et comme jeté dans un élan de fourre-tout, de vide, de superflu. L’homme est jeté, livré à lui-même sans désir profond qui le fonde et qui le tienne dans sa recherche vitale et existentielle. Il est sans voie et sans profondeur, comme errant sans cesse.
La gratuité fonde, ancre l’homme en son intimité profonde. Elle lui donne de goûter au désir de vie en lui, à son intimité profonde. Elle fait vivre à l’homme ce qui constitue la profondeur de son être, la vie profonde de son être. La gratuité est cette terre qui porte l’homme et lui donne de porter quelque chose de lui-même qui le dépasse. Le tragique, le beau, le bien, la vie, la vérité, l’être.
La gratuité porte l’être au monde.
Elle est la vie de l’être et l’essence profonde qui le fait être et exister.
Elle donne à l’homme le sens de son être et la vie profonde qui en jaillit.
Avec la gratuité, l’homme fait l’expérience d’un infini qui le dépasse, qui commence là où il ne sait pas et qui finit là où il ne sait pas. Un infini qui porte en lui cette gratuité ou un infini qui est lui-même cette gratuité. Un infini qui l’ouvre à plus large que lui-même.
La gratuité en l’homme est présence profonde, large, ancrée, dilatée, vaste. Elle se laisse trouvée.
Il faut sans cesse à l’homme la désirer, la chercher, la trouver et s’ouvrir à elle, recevoir d’elle.
C’est dans l’acte de recevoir que l’homme est profondément homme, qu’il trouve son essence profonde. C’est d’abord dans l’acte de recevoir que l’homme se trouve pleinement en tant qu’humain lui-même reçu d’un Infini, d’un plus grand que lui. C’est par cette réception, cette capacité à recevoir que l’homme devient, que l’homme advient.
Recevoir est l’acte premier qui ouvre l’homme à lui-même, à la création entière et à ses semblables autour de lui. Par cet acte reçu en profondeur et en vérité, par l’acte de recevoir, l’homme entre dans une relation profonde d’altérité authentique et vraie. Il est libre et donnant de lui-même en liberté et en vérité. Il reçoit en lui la fragilité des autres et reconnaît sa propre fragilité. Il reconnaît en lui la fragilité et vit avec elle. Il compose avec elle pour un plus grand bien qui l’ouvre à la fragilité de l’autre, qui est autre.
En reconnaissant ma propre fragilité, je suis capable d’accueillir celle de l’autre avec bienveillance, avec amour. Dans cet acte d’accueil originel de la gratuité par l’homme, la fragilité prend sa place et vient corréler les enjeux, ouvrir l’homme à sa vie profonde et intérieure.
Cette gratuité originelle profonde en l’homme vient lui donner de vivre profondément sa nature d’homme faite de fragilités et de blessures. C’est la gratuité qui maintient l’homme au cœur de ses fragilités et de ses blessures.
Elle soigne, épure, console, guérit ou allège. Elle aide l’homme à porter le poids de son existence.
Elle ouvre l’homme au travers de son existence à la voie de la descente qui aussi douloureuse soit-elle le transforme et le vivifie. La voie d’une possible reconstruction et la voie de la rencontre de la vérité et de l’altérité.


2. La blessure, surgissement dans l’être


La blessure est au pas de nos portes et nous ne pouvons y échapper. Nous ne pouvons l’enfermer.
D’homme à homme, nous ne pouvons nous passer de nous blesser l’un et l’autre. Nous nous blessons les uns les autres inévitablement.
La blessure est permanente et exposante dans la vie de l’homme. L’homme est exposé à la blessure parce que exposé à la vie. L’homme est blessé par la vie elle-même et il est le blessé même de la vie.
« L’amour blesse parce qu’il est blessé. Il est transpercé ».
La blessure est un surgissement dans l’existence humaine.
Elle n’est pas contrôlée et n’est pas contrôlable.
Elle est un soudain qui jaillit, qui apparaît dans l’espace vital qui fait l’homme. L’espace vital de son être profond, l’espace vital de la relation. La blessure naît de l’exposition à la relation.
Elle naît de la relation ouverte entre les hommes et laisse en l’espace vital de l’homme son empreinte vive.
« La relation est comme ce sol qui ouvre les relations à naître et à renaître. Des relations authentiques de justice ». La blessure est un « retournement » en l’être.
Elle est soudaine et vive, « visible et imprévisible ». Elle est ouverte.
La blessure est ouverte parce que née ouverte dans l’espace vital ouvert de la relation.
Elle est inéchappable, inaliénable, inviolable.
La caractéristique de l’ouverture propre à la blessure est unique, opérante, intrinsèque à son existence.
La blessure n’est blessure que parce qu’elle est ouverte. Elle est le lien ouvert, la terre sacrée, intime de l’être.
La blessure est appelée à être portée pour s’ouvrir à plus grand qu’elle-même. Sinon, elle ne vit pas.
Elle mérite d’être soignée et en même temps, elle mérite de vivre pour ce qu’elle est. Elle mérite d’être portée pour donner à l’homme de porter le poids de son existence.
La blessure est le lieu où vient se faire un choc en l’homme.
Un choc de l’existence, un choc de la vie souvent née de la relation. La blessure est ce lieu ouvert de l’homme, saignant où gît du sang et peut-être des impuretés. Elle est douloureuse et ne dérobe pas l’homme à cette douleur, essence de son existence profonde en tant que douleur.
Néanmoins et largement, la blessure est ce lieu en l’homme où quelque chose passe. Elle est cette frontière en l’homme où s’effectue un tri, une épuration, un travail intérieur profond par lequel l’homme parvient à la vérité profonde en lui. « L’homme change par les événements qui lui arrivent6 » et la blessure est contradictoirement ce lieu de douleur où quelque chose vient s’opérer en son être profond.
Quel sens pourrait-on donner à la blessure sinon ce sens de tragique de l’existence humaine ?
Oui, l’homme, l’être humain est en permanence exposée à la blessure à laquelle il ne peut échapper de plein gré, bon gré ou mauvais gré. Il y est tout le temps exposée et celle-ci est contradictoirement pour lui le lieu de l’ouverture à la vie.
Comment la blessure se fait-elle ouverture à l’existence humaine au cœur de ce tragique dont elle est profondément caractérisée, dont elle porte profondément l’essence et la marque ?
La blessure ne laisse pas l’homme indifférent, sans empreinte, sans séquelle, sans marque.
Elle laisse toujours quelque chose d’elle-même en l’homme. Et pendant qu’elle est ouverte, elle est elle-même ouverture pour l’homme. Elle est passage et voie en l’homme pour l’existence humaine, la vie de l’homme.
Elle est ouverture à la vérité, au bien, au beau, au vrai en l’homme.
La blessure se fait quelque chose d’un passage où elle puise en l’homme les ressources intérieures préexistantes et propres à son être profond pour les faire advenir. La blessure réalise quelque chose de l’humanité profonde de l’homme que lui-même ne peut porter et réaliser. Elle la transforme en profondeur et en beauté.
Cette ouverture au vrai, au bien et au beau qui la caractérise et dont elle fait grâce à l’homme est encore une fois de l’ordre de l’expérience de la gratuité. L’homme ne peut saisir de façon visible et palpable ce qui se passe dans la profondeur de la blessure.
Il a mal… mais elle opère, dissèque, conduit, agit, guide, adoucit et ouvre. La blessure en l’homme est quelque chose que ce dernier n’aura jamais fini d’explorer, car sa présence est quasi permanente dans sa vie. Sa présence est permanente et est le « commencement d’un nouveau commencement7 ».
Comment est-il possible pour l’homme de vivre une vie prise et prisée par la blessure ?
Une vie sans repos quelque part.
La présence quasi-permanente de la blessure dans la vie de l’homme interroge.
Pourquoi cette présence permanente ?
L’homme est-il contraint toujours à vivre au cœur des blessures de son existence et de celles des autres, du monde ?
Pourquoi la blessure fait-elle voir à l’homme tant de couleurs sombres et le plonge dans la finitude de lui-même, l’homme limité qu’il est ?
La blessure évoque en effet en l’homme cette expérience de sa finitude et de ses limites.
L’homme est limité mais pas sans ressource.
Il a en lui les ressources pour vivre la blessure.
Des ressources plus larges que lui qui n’émanent pas originellement de son action mais qu’il reçoit gratuitement. C’est là que la blessure vient trouver une assise, dans cette terre de gratuité.
La blessure éveille en l’homme les ressources intérieures profondes en lui, le beau, le bien et le vrai et lui font vivre comme un basculement, comme un retournement qui lui font vivre la profondeur de la blessure comme un lieu d’accueil de ces ressources présentes en lui, le beau, le bien et le vrai en lui.
La blessure soude et unifie l’être profond de l’homme. La blessure ouvre et est ouverte.
C’est l’essence profonde de la blessure qui peut nous interroger.
L’ouverture de la blessure au sens propre de la blessure en tant que blessure ouverte ouvre l’homme à l’altérité, à une relation ouverte et plus grande que lui.
Il y a quelque chose qui se joue dans cette ouverture et qui est portée par la gratuité, le don reçu. C’est dans cette ouverture, dans cette gratuité reçue au cœur de la blessure que l’homme se trouve profondément.
Ouvert à la vie, ouvert au monde, ouvert à l’autre, ouvert à plus grand que lui, ouvert à l’Autre.
C’est de cette blessure portée par la gratuité, de cette gratuité reçue au cœur de la blessure que l’homme fait l’expérience d’un engagement vrai et authentique en son être profond et dans le monde. Cet engagement le porte à servir et à donner de lui-même au service du monde, au service des autres au cœur même de ses fragilités, de ses blessures, de ses vulnérabilités.
Il se donne accueillant, apprivoisant la profondeur en lui, la blessure en lui, le fragile en lui.
Sur ces deux balances, repose l’action de l’homme.
L’action authentique de l’homme dans la relation à l’autre, dans la société, au cœur du monde intègre son être entier, sa profondeur, sa fragilité, sa vulnérabilité et ses blessures.
Toute sa personne. C’est là qu’il peut se donner.
C’est là qu’il peut offrir quelque chose de lui qui fasse sens et qui l’ouvre en profondeur à lui-même, à l’altérité. La blessure donne un sens à l’engagement et l’engagement donne un sens à la blessure. C’est sur cette terre ouverte de la gratuité portée par la blessure que se réalise tout le combat de l’homme. L’homme est appelé à faire sienne la blessure pour vivre, se donner et être vivant.


Par le consentement à sa blessure, l’homme vit la profondeur qu’elle génère en elle et apprend à passer les limites de son existence, à dominer son égo, à reconnaître ses méandres, son néant.
La blessure est la brisure qui donne à l’homme de se reconnaître en vérité.
Homme… parmi les hommes… homme debout et libre… homme debout et envoyé…
Fructifiant, il verdit encore. Il porte du fruit.
La gratuité est ce lien intime en l’homme qui porte la blessure. Elle est cet espace libre et ouvert en lui qu’il est appelé à accueillir, à faire vivre, à protéger et à préserver.
Elle est ce qui fait l’intime de son être et le porte au monde.
La gratuité est la vie de l’être. Elle est ce qui fait essentiel en nous.
La blessure au contact de la gratuité nous achemine vers notre humanité profonde.



Citer ce billet
rrezzesi (2024, 10 juin). La blessure et la gratuité : intimes, sacrés et profondeur de l’existence humaine, par Marlène Tognifodé. Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11siu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search