Subjectivité et pouvoir : ontologie de la vulnérabilité chez Simone Weil

Notes philosophiques par Letizia Masia

Peut-on seulement considérer la dimension personnelle et impersonnelle quand on veut traiter de la subjectivité et du pouvoir ?

C’est la question à la base de la recherche de Rita Fulco au cours de Soggettività e potere. Ontologia della vulnerabilità in Simone Weil (Quodlibet Studio, 2020), qui met en relation les concepts de subjectivité et pouvoir, à l’intérieur d’une analyse du concept de vulnérabilité.

La thèse de Rita Fulco se déploie dans l’idée que ce n’est pas exhaustif de penser la subjectivité – que Rita Fulco analyse comme inscrite dans la dimension du pouvoir – comme déconnectée de la dimension personnelle et impersonnelle.

Rita Fulco cite la polarité entre personnel et impersonnel dans la réflexion de Weil autour de la subjectivité, en reprenant les études weiliennes sur les textes sacrés orientaux, qui ont permis à Weil d’aborder la conception de la subjectivité comme ego-ātman, un ego-univers (p. 42). Le discours s’inscrit dans une perspective qui envisage le sujet comme un ego et comme un univers à la fois. 

Cela implique donc que les deux pôles de la subjectivité (personnel et impersonnel) soient considérés simultanément : « il ne faudrait pas considérer l’impersonnel, […] sans penser, en même temps, au principe personnel qui lui est intrinsèque, et vice versa » (p. 44).

Fulco se rapproche de l’objectif de Weil de s’éloigner de la position personnaliste radicale, et reprend dans son analyse une question que Weil se pose : « comment continuer à agir en tant qu’homme singulier (ou individu?) ?» (p.45).

Dans ce chapitre est très appréciable la théorisation du concept de dé-création, lorsque Rita Fulco révèle l’absence d’un terme dans la pensée de Simone Weil sur le discours concernent la destruction du soi. Rita Fulco reproche à Simone Weil le fait qu’elle use le même mot « destruction » pour parler de deux processus différents : la destruction de soi et le consentement à l’anéantissement de soi en Dieu, que pour Rita Fulco ont deux signification distinctes. Lorsque nous parlons de dé-création, nous entendons le « processus de renonciation volontaire à la volonté, […] dans lequel le consentement […] est absolument nécessaire » (p. 52).

Il convient également de noter l’analyse minutieuse du soi conscient de l’anéantissement en Dieu au soi inconscient, qui est secoué de l’extérieur, violé.

Nous arrivons ainsi à la position dans laquelle le soi est dans une condition d’égoïsme sans ego (citation weilienne), sa seule façon de vivre est celle d’une « condition exclusivement biologique de l’existence humaine » (p.52), en perdant toute trace de spiritualité. Pour Rita Fulco, si le soi avait atteint des niveaux adéquats de spiritualité, il ne tomberait probablement pas dans la condition d’égoïsme sans l’ego.

Rita Fulco attribue une responsabilité  non seulement au soi mais aussi, et surtout, à la communauté à laquelle on appartient.

C’est pour cela que le pouvoir est considéré comme une dimension constitutive des relations sociales, non comme un attribut d’une classe de personnes ou d’une organisation. Le pouvoir n’est donc pas un objet tangible, mais plutôt une relation sociale qui imprègne tous les aspects de la vie.

L’idée d’esquisser une métaphysique du pouvoir est fondée sur le fait de considérer le pouvoir comme une conception de la réalité qui comporte, comme naturelles et inévitables, certaines valeurs, pratiques et institutions sociales. 

Les thématiques sont alignées avec les intérêts de Rita Fulco, qui a toujours été proche, dans la plupart de ses recherches, à des domaines précisément inscrits dans un cadre de philosophie politique. Rita Fulco analyse ensuite le concept de justice, qui représente le principe fondamental de la moralité et de la coexistence sociale. La justice repose sur la reconnaissance mutuelle et le respect des droits et des libertés de tous les individus, quelles que soient leurs différences.

L’auteur discute également de l’idée de responsabilité, qui est étroitement liée au concept de justice. La responsabilité implique que chaque individu soit responsable de ses propres actions et des conséquences qui en découlent : « Weil écrit qu’un homme, considéré dans sa singularité, n’a que des devoirs, dont certains devoirs sont envers lui-même, et que les autres, de son point de vue, n’ont que des droits » (p.146). À cet égard, Rita Fulco souligne à quel point la dimension de la relation est fondamentale et sous-jacente à la pensée weilienne.

Fulco conclut en remarquant l’importance d’une conception de justice qui tienne compte de la diversité et des différences des individus, tout en promouvant une coexistence sociale respectueuse des droits et des libertés de tous les êtres humains. En ce sens, Fulco soutient que l’humanité et la justice sont étroitement liées, et que seule une compréhension approfondie des deux peuvent permettre d’atteindre une société juste et respectueuse des diversités.

L’évolution de l’argumentation proposée par Rita Fulco se déploie à travers une « opération théorétique », à savoir sa réflexion se meut à l’intérieur des différents axes thématiques tracés dans les écrits weiliennes.

Rita Fulco réussit précisément à affirmer ses thèses, en reconstruisant le cadre thématique de la philosophie weilienne, à travers la reprise, à la fois, des concepts et de la vie de Simone Weil. Cette méthode est surement accomplie par la pleine connaissance – et conscience – de l’autrice par rapport à la pensée de Simone Weil et à sa littérature critique, évidente dans les références littéraires et biographiques, et les liens établis entre ses œuvres.

C’est pour ça que Rita Fulco arrive à présenter un argument très vaste et riche mais qui apparaît, en même temps, cohérente et logique.

L’ampleur de l’œuvre se présente déjà dans le choix des thèmes, de l’ontologie de l’être humain, avec un regard particulier sur les limites de la subjectivité, à la réflexion sur la justice, analysée à travers une métaphysique du pouvoir

La lecture de Fulco se concentre ainsi surtout sur la dimension socio-politique de la pensée de Weil, laissant déliberament de côté la dimension spirituelle de la pensée de Simone Weil,. 

À cet égard, on trouve dans l’ouvrage cinq focus de quelques pages, nommés « filosofia in atto e pratica ». L’expression est de matrice weilienne et chacun des focus présente un sujet spécifique (enseignement, collectivités, partis politiques, usines, justice). Ces focus peuvent être considérés comme des laboratoires pratiques de l’interprétation que Fulco propose de la réflexion de Weil, tout en prenant aussi ses distances et se positionnant par rapport à celle-ci.

Dans ces focus, il est mis en évidence comment Fulco opère une opération qui se positionne à un endroit différent de celui de Simone Weil. 

La méthode weilienne se présente comme opérante entre immanence et transcendance, dans une dimension où la vie quotidienne nourrit la pensée et la pensée nourrit la vie quotidienne, dans une relation de réciprocité constante et nécessaire.

Rita Fulco, d’autre part, utilise dans cet ouvrage une méthode de recherche qui part d’une base abstraite, insérée dans un plan de transcendance, pour arriver au plan de l’immanent, du pratique. 

La base abstraite est donnée par une analyse conceptuelle des écrits de Simone Weil. 

Ces réflexions métaphysiques de Rita Fulco trouvent ainsi une mise en œuvre pratique, dans ce laboratoire de pensée nommé « filosofia in atto e pratica ».  

C’est ici que Fulco  se rapproche de la méthode weilienne, notamment dans la recherche d’une conciliation de l’immanence et de la transcendance. 
L’accent mis sur l’enseignement est particulièrement remarquable, faisant émerger la très profonde humanité des enseignements de Simone Weil : il s’agit de la démonstration pratique du fait que la spéculation philosophique a besoin d’être transposée dans l’immanence.
C’est en total accord avec la thèse qui traverse tout le travail de Fulco, dans lequel la praticité (au sens purement politique) de la vie et des questions sociales occupe une place fondamentale dans le développement de la pensée. 
Pour enquêter dans cette direction, Rita Fulco s’est servie du concept de vulnérabilité, qui a une fonction de fil rouge commune à tous les arguments avancés. 

La thèse de base est que nous sommes essentiellement exposés. Et en tant qu’êtres exposés, nous sommes vulnérables. 

Rita Fulco propose ainsi une véritable ontologie de la vulnérabilité, à partir de la conception weilienne de celle-ci : la vulnérabilité est pour Weil une constante exposition aux blessures, morales et physiques, et à la mort. 

Fulco souscrit la thèse weilienne autour du malheur, centrale dans son analyse.  Si on pousse les blessures à l’extrême, on arrive à la condition de la vie nue, vie sans forme, c’est-à-dire complètement dépouillée de tout ce qui est essentiellement humain. 

La responsabilité de l’homme à l’égard de l’Autre est évidente : dans la vie commune les hommes sont amenés à entrer en relation entre eux-mêmes, mais ces relations impliquent aussi la dimension du pouvoir. 

Le discours sur le pouvoir est essentiellement lié au discours sur la responsabilité, que Rita Fulco décide de considérer dans le domaine politique.

Par conséquent, l’enjeu est pour elle de partir de la conception weilienne du malheur (décrite par Fulco, dans l’introduction de l’œuvre, comme « exposition à la force ») et la vulnérabilité, et de les relier au discours sur le pouvoir et la force. 

Au demeurant, on peut considérer la pensée de Simone Weil comme une pensée politique, dont Fulco essaye de remettre en ordre les argumentations selon une consecutio thématique.

Ainsi, aussi en raison des références souvent implicites entre les œuvres et les expériences de vie weiliennes, cet ouvrage s’adresse notamment à des spécialistes de la pensée de Simone Weil, qui chercheraient une reconstruction précise, et par axes thématiques, de la pensée politique weilienne.



Citer ce billet
rrezzesi (2023, 22 juin). Subjectivité et pouvoir : ontologie de la vulnérabilité chez Simone Weil. Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nftr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search