Compte-rendu | Journée Incertitude(s), UCLy

Le 2 février 2023 a eu lieu à l’Université Catholique de Lyon la journée d’étude Incertitude(s), organisée par l’Unité de Recherche “CONFLUENCE : Sciences et Humanités” et destinée à la communauté scientifique de l’UCLy, aux enseignants-chercheurs et aux doctorants.

Dans la lignée d’une réflexion commune sur les vulnérabilités du monde contemporain (vulnérabilités individuelles et de nos systèmes de vie : environnemental, économique, social, politique, sanitaire, etc.), au cœur des travaux de la Chaire d’Université Vulnérabilités (inaugurée à l’UCLy en octobre 2021), les intervenants et participants de cette journée ont interrogé le concept d’incertitude dans ses multiples représentations et manifestations. Économistes, philosophes, juristes, biologistes, chimistes, psychologues, etc., ont engagé un enrichissant dialogue interdisciplinaire, invitant à penser l’incertitude non seulement comme une limite, un obstacle ou un risque, mais aussi comme une ressource(bien que paradoxale) pour s’orienter dans la complexité des crises qui traversent notre temps. 

A l’origine de la pensée occidentale (« tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien », selon la maxime que Platon attribue à Socrate)[1], condition même de la vie, du vivant, l’incertitude a été, en quelque sorte, « oubliée » par la Modernité, dont l’ambition est de remplacer l’incertain par le certain, la sagesse par la science, le non-savoir socratique par le doute cartésien. Comme le dit Chiara Pesaresi, philosophe et directrice scientifique de la Chaire d’Université Vulnérabilités, dans son introduction à la journée : qu’est-ce que le doute méthodologique, si ce n’est une tentative de déconstruire toute forme de vérité dogmatique, pour « s’auto-dépasser en vue d’une certitude apodictique, indubitable », en vue de la maîtrise certaine de soi et du monde ? Si la pensée moderne s’efforce, autant que possible, de réduire l’incertitude (tout en reconnaissant qu’elle imprègne la démarche expérimentale), la philosophie et la science contemporaines semblent cependant la (re)placer, de plein droit, au centre de l’intelligibilité du réel. Alors que les connaissances scientifiques sont mises face à leurs limites intrinsèques et à leurs fragilités épistémologiques (on pense au principe d’indétermination ou d’incertitude de Heisenberg) les sociétés contemporaines, nos sociétés, se découvrent de plus en plus vulnérables. Le projet moderne d’un monde rationnel, prévisible et maîtrisable, a été fortement remis en cause, en balayant toute illusion d’invulnérabilité ; ce fut le cas de la pandémie de SARS-CoV-2, mais plus largement des crises touchant la durabilité de nos institutions, aussi bien sur le plan social et économique que politique. Sommes-nous confrontés, à ce que François Dubet appelle un « déclin », une « décadence irréversible »[2] des institutions (santé, éducation, travail…) qui ont façonné notre manière de vivre-ensemble ?

Or, vis-à-vis de l’avenir incertain de nos sociétés, la disparition de nos certitudes ne peut qu’alimenter une pensée réaliste et transversale des incertitudes ; elle ne peut que nourrir et propulser une intelligence de l’incertitude capable d’en saisir les risques et les opportunités pour le monde qui viendra. C’est bien cette redécouverte, scientifique et sociétale, de l’incertitude, des incertitudes, qu’a constitué le fil rouge articulant les diverses contributions de cette Journée (qui a rassemblé 22 enseignants-chercheurs), à la croisée des disciplines et des méthodologies. Il en a résulté un dialogue dans la diversité des analyses, des approches, visant une problématisation élargie de cette notion complexe et ambivalente. Dans le premier panel, l’incertitude est présentée comme une invitation à la prudence, tant dans le jugement que dans l’action et la décision. Christel Vivel (économie) fait appel à l’apport de l’École autrichienne pour explorer les liens entre incertitude et opportunité dans l’action entrepreneuriale, alors que Patrick Gilormini (économie) et Éric Griette (sciences de gestion) réfléchissent sur les dispositifs que les entreprises mettent en place pour pouvoir planifier des investissements dans un contexte incertain. Psychologue social, Valérie Bertrand analyse, à partir d’une recherche quasi-expérimentale, l’incertitude du jugement comme « remède » contre le conformisme. Et si l’incertitude était consubstantielle au contrat ? C’est la question se trouvant au centre du propos d’Aurélie Van de Bavière (droit privé), qui voit cependant dans le contrat un outil, un instrument juridique pour contrer les incertitudes de l’avenir.

Dédiée à l’incertitude impactant tout processus décisionnel, la dernière partie de la matinée (11h-12h15) revient, dans un premier temps, sur le management des incertitudes avec l’intervention de Shahrzad Yaghtin (sciences de gestion), qui s’intéresse à la façon dont les organisations pourraient développer une approche holistique (une décision informée) dans un contexte de crise, incertain, comme la pandémie. Sont suivies les analyses de Mathieu Guillermin (histoire des sciences et épistémologie) sur la signification des incertitudes par rapport à la rationalité des sciences naturelles par les réflexions de Christine Bouvier-Müh (philosophie) sur le potentiel humanisant d’une « incertitude assumée », susceptible d’ouvrir à l’engagement, au dépassement de soi. L’après-midi (13h30-14h20) débute par une table-ronde où Élisabeth Cazier, Emmanuelle Gormally et Brice Lagrange (biochimie et biologie moléculaire) appliquent l’incertitude aux méthodologies utilisées en sciences biologiques, en soulignant la fécondité heuristique des résultats incertains, souvent source d’inspiration pour de nouvelles questions autour des systèmes de vie les plus complexes. Plus tard, Marjolaine Monot-Fouletier (droit public) intervient sur les conditions et les implications de la sécurité juridique, tant de la sécurité par le droit que de la sécurité du droit, mettant en lumière le « prix » de la certitude juridique : « plus l’on recherche la certitude par le droit – dit-elle – moins on laisse de place aux libertés », ce qui risque d’affaiblir l’État de droit. Pascal contre Descartes ou de la vertu de l’incertitude, c’est le titre de la communication de Pascal Marin (philosophie), qui cherche à « déstabiliser » les certitudes du sujet cartésien à l’aide des Pensées pascaliennes, soulignant le risque que les vérités du savoir puissent se fermer à la vérité de la vie. Mais que peut faire le chercheur lorsque l’écart entre savoir et vie est si étendu que le monde lui apparaît inintelligible ? C’est bien le cœur du propos d’Olivier Ferrando (science politique), qui décide de questionner le rôle du chercheur en relations internationales quand sa pensée prospective est remise en question par l’imprévisibilité d’évènements inattendus, comme dans le cas de la déclaration de guerre de la Russie à l’Ukraine. Par ailleurs, la crise qui, de nos jours, bouleverse l’univers (géo)politique a un impact direct sur la situation énergétique, tant de la France que de l’Europe tout entière. Est-il possible, comme l’évoque Virginie Cartier (chimie), que la crise énergétique, due à la pénurie du gaz naturel, puisse favoriser la diffusion à grande échelle des énergies renouvelables ? Est-il possible que l’incertitude du présent devienne une ressource paradoxale pour nous accompagner dans la transition énergétique ? Passant de la théologie catholique à la philosophie de Gabriel Marcel, les communications de Marie-Hélène Robert, (« L’incertitude est-elle un moteur pour la mission chrétienne ») et Jessica Humbert (« La subjectivité, objet d’incertitudes ») traitent de l’incertitude comme le moteur d’une approche critique de la vérité, d’une inquiétude qui s’ouvre sur une vérité transcendante ; d’une parole agissante qui doit être librement accueillie. Un rapport subjectif et ouvert avec la vérité qui se reflète aussi bien dans l’interprétation de tout texte juridique, comme le soutient Alexandre Palanco (droit public), que dans les démarches de la science moderne, affirme Michel Raquet (biologie des organismes). Nous vivons dans un monde de plus en plus imprévisible, dont la complexité croissante nous pousse à abandonner le désir d’une maîtrise absolue. Ainsi, il convient de s’adapter à l’expérience (parfois radicale et déroutante) de l’incertitude, levier d’une transformation créative du monde, comme le témoigne, nous dit Rim Hachana (sciences de gestion), toute action entrepreneuriale qui se veut féconde et efficace.

Riccardo Rezzesi

(Université Catholique de Lyon)


[1] Cf. Apologie de Socrate (21d) ; Ménon (80d 1-3).

[2] Cf. F. Dubet, Le Déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002. 



Citer ce billet
rrezzesi (2023, 21 février). Compte-rendu | Journée Incertitude(s), UCLy. Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nftp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search