Dialogue entre théologiens | Un podcast en trois épisodes

Composée de trois épisodes, cette série de podcast reproduit « les temps forts » d’un dialogue entre deux théologiens, Monseigneur Olivier de Germay, Archevêque de Lyon et le Professeur Olivier Artus, médecin, exégète et Recteur de l’UCLy. Cette table-ronde, animée par Jean-Baptiste Cocagne, rédacteur en chef de RCF Lyon, a été enregistrée pendant la première édition des « Journées de l’UCLy », organisées à Lyon les 12 et 13 mai 2022, un évènement d’envergure qui a réuni spécialistes et décideurs du monde institutionnel, universitaire, économique, associatif et entrepreneurial autour du thème « Tous Vulnérables ». Au cours de leur échange, les deux intervenants ont accompagné le public dans la découverte de la réponse chrétienne aux vulnérabilités caractérisant l’existence humaine. A travers l’analyse de la Bible et des enseignements évangéliques, les deux théologiens ont invité l’audience à réfléchir sur la reconnaissance de nos vulnérabilités comme antidote à la culture individualiste ; comme constructrice d’une communauté attentive à l’épanouissement des plus fragiles. Lorsque le christianisme dit que Dieu est amour, ne veut-il pas dire que l’amour authentique se réalise par l’acceptation de nos vulnérabilités, ce qui nous fait découvrir intérieurement la présence de l’autre, c’est-à-dire le besoin d’aimer et d’être aimé ?  


Épisode I

« La vulnérabilité au prisme de la théologie : un regard sur l’humain »

Hommes, nous sommes vulnérables. En reconnaissant la présence des vulnérabilités (existentielles, émotionnelles, économiques, sociales…) au centre de nos existences, nous cherchons, sans relâche, une réponse à la souffrance, à la douleur, à la mort. Les ressources spirituelles du christianisme peuvent contribuer à la formation d’une culture commune, non refermée sur elle-même, ouverte à la reconnaissance de la vulnérabilité comme phénomène universel, qui nous concerne tous ; un phénomène qui nous concerne en tant que personnes humaines. Ainsi, dans ce premier épisode de notre podcast, le dialogue entre les deux théologiens explore la place centrale que la vulnérabilité de l’humain occupe dans les récits bibliques : de l’origine du monde et de l’humanité, à l’origine du conflit, de la guerre, du meurtre (Abel et Caïn), signes d’une vulnérabilité refusée. Qu’est-ce que le péché originel, si ce n’est pas un refus radical de toute forme de vulnérabilité ? Tandis que l’amour nous fait découvrir le besoin, voire le « goût », des autres, l’illusion d’invulnérabilité ne peut que conduire à l’idolâtrie de l’égo, telle est la lecture qui prend corps dans les échanges de deux intervenants…

Épisode II

« Un regard sur le Divin »

Tandis que l’homme est vulnérable, Dieu se fait vulnérable par amour de l’humanité, c’est le mystère inépuisable qui anime la foi des chrétiens. Se rapprochant de sa créature, Dieu en assume pleinement la condition, décidant d’expérimenter la souffrance, la douleur, l’humiliation, le tourment de la Croix. Pourquoi refuser l’invulnérabilité ? Quels sont les enseignements que nous pourrions tirer de ce choix se trouvant au cœur des Évangiles ? Au cours de deuxième épisode, Olivier de Germay et Olivier Artus nous invitent à reconnaitre ouvertement en la Croix un paradigme de toute vulnérabilité, un paradigme nous poussant à repenser le sens intime des relations entre les personnes. Hommes, nous sommes vulnérables. Mais c’est en assumant la vulnérabilité comme « fait » universel que nous pouvons espérer humaniser nos sociétés.

Épisode III

« Tous Vulnérables : l’Église dans le monde contemporain »

Occulter et nier la vulnérabilité, c’est se laisser contrôler par son égo. Il n’y a qu’une manière pour faire face à l’individualisme dominant nos sociétés : assumer la vulnérabilité, les vulnérabilités, en vue de la construction d’un monde plus humain. C’est d’ailleurs par la reconnaissance de la vulnérabilité comme cœur de l’existence humaine qu’on peut saisir la nature relationnelle de la personne. Dans ce troisième e dernier épisode, la vulnérabilité est présentée comme une expérience spirituelle révélatrice, se (re)trouvant au centre même de l’action de l’Église dans le monde contemporain, de son service pastoral aux grands enseignements du catholicisme social : c’est la rencontre avec pauvre, le vulnérable, qui m’oblige à sortir de moi-même, en se révélant une prodigieuse recette contre tout forme d’égoïsme social. Comment bâtir le sens communautaire sans se reconnaitre « tous vulnérables » dans la riche diversité de nos multiples fragilités ?


Citer ce billet
rrezzesi (2022, 19 septembre). Dialogue entre théologiens | Un podcast en trois épisodes. Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nftj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search