Article || Dialogue entre Louis Gallois et Patrick Artus 

Quand l’économie se découvre vulnérable… 

« La seule œuvre collective, qui puisse être économiquement définie, est l’exclusion de toute destruction d’êtres et de choses dont l’usage peut être bénéfique [à] l’ensemble des hommes […]. Pour le dire en termes positifs […], c’est le plein emploi, à l’échelle du monde, de toutes les ressources matérielles et humaines, favorisé dans le dessein de procurer à chacun les conditions matérielles, jugées nécessaires par les sciences, de son plein épanouissement. Cette proposition dénonce les tricheries des nationalismes […], des actions partisanes […], des égoïsmes de classe et de catégories sociales » (F. Perroux, L’Économie du XXème siècle).

Que peuvent nous dire les économistes sur les vulnérabilités de nos sociétés ? De la crise climatique à la montée des inégalités entre et à l’intérieur des Pays, l’économie se trouve confrontée à la fragilisation de ses vielles croyances, remettant en question les recettes classiques du capitalisme néo-libéral. Si nous voulons assurer un avenir, humainement digne et durable, aux nouvelles générations, la recherche du profit privé doit laisser la place à l’émergence du bien commun. Ou, dit autrement, le prix des choses doit être subordonné globalement à la valeur des Personnes et de la Planète, des Habitants et de l’Habitat. La vidéo ci-dessous reproduit les échanges, lors de la première édition des Journées de l’UCLy, entre Louis Gallois et Patrick Artus, entre un dirigeant d’entreprise et un économiste, un dialogue animé par Jean-Christophe Ploquin, rédacteur en chef à La Croix. A partir de l’analyse des vulnérabilités (polarisation du monde de travail, crise de l’emploi et des compétences, disparition de l’industrie, financiarisation de l’économie…), les deux interlocuteurs convergent sur la nécessité de promouvoir une économie sociale et solidaire, fondée sur la redécouverte du principe de fraternité. Non seulement l’État, mais aussi les entreprises, tous les citoyens doivent se mobiliser pour faire face aux vulnérabilités de la société. Lorsqu’un seul homme se trouve marginalisé, sous l’emprise de la misère, c’est la société dans son ensemble qui se retrouve fragilisée, déshumanisée. La solidarité ne se réalise que par la fraternité. Quand l’économie découvre les vulnérabilités, elle découvre en même temps la présence de l’humain dans ses calculs, ses chiffres, ses modélisations mathématiques, ses besoins de rentabilité… Quand l’économie se découvre vulnérable, elle nous aide à comprendre que la réponse aux inégalités et aux distorsions sociales ne peut être que : soyons solidaires, devenons frères !        

Pour plus d’informations : https://journees.ucly.fr/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
rrezzesi (8 septembre 2022). Article || Dialogue entre Louis Gallois et Patrick Artus . Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfti


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search