Article || Penser l’économie avec Esther Duflo

Pour une con-science des vulnérabilités

Qu’est-ce que l’économie ? Si pour Aristote, l’économie, l’oïkonomia, désigne « l’art du gouvernement domestique » (soumis à la politique : la gestion de la Polis), avec Adam Smith, fondateur de l’économie moderne, l’économie s’affirme, s’impose, comme la « science de la richesse ». Dans l’analyse du monde économique, la richesse prend une place centrale, voire totalisante. Et, sur le plan des pratiques, l’enrichissement devient le but ultime du vivre-ensemble, l’objectif fondamental du collectif ; il devient une valeur, critère pour mesurer le degré de développement d’une société donnée. Ce ne sont pas les personnes et leurs relations, objet del’oïkonomia, mais plutôt les richesses et leur production qui se trouvent au centre de la réflexion économique moderne. De Smith à l’école autrichienne, de Jean-Baptiste Say, initiateur de l’école classique française, aux diverses écoles néo-classiques – comme le marginalisme – l’économie comme science se consolide à partir de l’étude de la richesse. Bien entendu, non seulement de la richesse dans sa dimension matérielle ou monétaire, mais aussi dans ses aspects intangibles, dématérialisés. Tout ce qui contribue à la satisfaction des besoins, à la subsistance de l’espèce humaine mérite ainsi l’appellation de « richesse ». C’est à partir de leur rareté et utilité que les services et les biens peuvent être considérés comme des richesses, acquérant une valeur économiquement définissable. Or, dans cette perspective, il est évident que tout phénomène déconnecté de la production, distribution ou consommation des richesses ne peut présenter ou posséder aucune valeur économique. Et si cette exclusion appauvrissait la science économique au lieu d’en enrichir le pouvoir explicatif ? Et si cette vision « réductionniste » portait atteinte aux démarches scientifiques de l’économiste, c’est-à-dire à sa capacité même d’étudier, analyser, connaître la réalité socioéconomique ? C’est bien dans le cadre de ce questionnement qu’on peut comprendre toute l’envergure et l’originalité de l’approche d’Esther Duflo, prix Nobel 2019 d’économie, remporté avec Abhijit Banerjee et Mickaël Kremer pour avoir conçu et introduit une méthode expérimentale capable de fournir des réponses fiables sur la meilleure façon de lutter efficacement contre la pauvreté. L’oubli de la pauvreté comme objet d’étude conduit à l’appauvrissement de l’économie comme science au service du développement de l’homme ; on confond trop souvent, dit Esther Duflo, « économie de la pauvreté » et « pauvre économie », fragilisant ainsi la contribution de l’économie (et des économistes) dans l’orientation des interventions politiques face à la pauvreté comme phénomène mondial : « parce que les pauvres possèdent si peu de choses, on en déduit que leur existence économique ne présente aucun intérêt. Malheureusement, ce malentendu fragilise profondément le combat contre la pauvreté à l’échelle mondiale » (Repenser la pauvreté, 2014). Pour l’économiste franco-américaine, il faut donc s’efforcer « de mettre en lumière la richesse du savoir économique que l’on peut tirer de la compréhension […] de la vie des pauvres » (ibid.).

C’est dans le sillage d’autres économistes comme Amartya Sen (prix Nobel en 1998), dont les travaux sur les famines ont transformé le regard économique sur la pauvreté, qu’Esther Duflo développe sa méthode expérimentale. C’est en « repensant la pauvreté » qu’elle met en œuvre une approche engagée, hétérodoxe, novatrice, non alignée sur les propositions des théories néo-classiques, promouvant un combat, réaliste et réalisable, contre la misère. Une approche qui s’enracine dans l’expérience vécue de la pauvreté. Ou encore, une « expérimentation créative », transformatrice, par le biais de laquelle théorie et pratique, recettes économiques et solutions politiques se nourrissent réciproquement. Mais en quoi consiste, plus en détail, cette méthode « révolutionnaire » ?        

« elle part du principe qu’il est possible d’améliorer la politique économique et sociale en essayant de nouvelles approches et en tirant les leçons de leurs succès et de leurs échecs. Les politiques de lutte contre la pauvreté sont évaluées avec la rigueur des essais cliniques. Idées nouvelles et solutions anciennes sont évaluées sur le terrain, ce qui permet d’identifier les politiques efficaces et celles qui ne le sont pas. Ce faisant, nous améliorons notre compréhension des processus fondamentaux qui sont à l’origine de la persistance de la pauvreté. Science et lutte contre la pauvreté se renforcent ainsi mutuellement [nous soulignons] » (Expérience, science et lutte contre la pauvreté. Leçon inaugurale au Collège de France, prononcée le 8 janvier 2009).

S’appuyant sur ce dialogue entre « science » et « lutte », modélisation économique et action politique, cette approche repose ainsi sur la collaboration entre chercheurs (non seulement économistes, mais aussi sociologues, spécialistes de sciences politiques et psychologues) et les acteurs de terrain, visant l’élaboration de programmes contre la pauvreté à l’échelle nationale et internationale. Si travailler avec des spécialistes, des chercheurs, « oblige les acteurs de terrain à réfléchir aux raisons pour lesquelles ils pensent que le programme sera efficace », pour les universitaires, « la collaboration étroite avec une organisation de terrain offre l’opportunité [de] passer du rôle d’évaluateurs à celui de co-expérimentateurs » (ibid.). C’est bien par cette co-expérimentation féconde que l’économie, d’après Eshter Duflo, peut s’enrichir dans la compréhension de la valeur heuristique propre à l’étude de la pauvreté.

Intervenant aux Journées de l’UCLy, qui ont eu lieu à l’Université Catholique de Lyon en mai 2022 sur le thème « Tous Vulnérables. Comprendre pour agir », l’économiste franco-américaine a montré le lien intime entre pauvreté et vulnérabilité vis-à-vis des grandes crises qui traversent les sociétés de nos jours. Non seulement la pauvreté constitue en tant que telle l’expression d’une vulnérabilité extrême, mais les pauvres sont les premiers à subir les effets néfastes d’une vulnérabilisation universelle, des vulnérabilités qui nous concernent tous : des diverses crises socioéconomiques à la crise climatique. Il ne s’agit pas d’éradiquer les vulnérabilités, mais de les accepter comme cœur de l’existence humaine. Nous ne pouvons pas repenser la pauvreté sans reconnaître la place centrale de la vulnérabilité, des vulnérabilités, dans le débat économique contemporain. Et si cela ouvrait à un changement radical de paradigme ? C’est par cette reconnaissance « créative » que l’on peut repenser l’économie, soumise, souvent et encore aujourd’hui, à la logique individualiste caractérisant le néo-libéralisme. Non plus une science des choses, des richesses, mais une con-science des relations humaines ; non pas une science de l’enrichissement (que ce soit individuel ou collectif), mais une science du développement de la personne, une science de l’homme pour l’homme, en mesure de nous orienter dans le choix des moyens le plus efficaces pour lutter contre toute force deshumanisante. Certes, une science « rigoureuse, impartiale, sérieuse », mais néanmoins « une science humaine dans sa fragilité et sa modestie. Une science humaine finalement : généreuse, ambitieuse, engagée » (ibid.)

Riccardo Rezzesi

(Université Catholique de Lyon)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
rrezzesi (12 juillet 2022). Article || Penser l’économie avec Esther Duflo. Regards croisés sur la Vulnérabilité : individus, sociétés, environnement. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfth


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search